omakébooks

Et nous voici au 3e numéro de découverte édition, avec cette fois encore, une maison d’édition française à l’honneur. Cette maison spécialisée dans l’artbook de jeux vidéo propose un sacré panel de variété malgré son carnet de produit légèrement inférieur à la concurrence quantitativement parlant. Qui plus est, la personne à la tête de Omaké Books n’est pas née de la dernière pluie, et c’est peut-être ce qui leur aura permis de décrocher la retranscription dans notre langue de franchises très importantes, que même des caïds du domaine n’avaient pas encore eu. Mais sans plus tarder, voyons de quoi il en retourne.

Je le disais donc plus haut, le fondateur de la maison Omaké Books n’est pas un inconnu puisqu’il s’agit de Florent Gorges, cofondateur des éditions Pix’n Love, souvenez-vous, c’est cet éditeur français dont je vous avais parlé lors de mon premier numéro de « Découverte édition ». Après avoir forgé ces premières armes au travers de Pix’n Love, Florent Gorges a choisi de se lancer dans une nouvelle aventure et de fonder Omaké Books à l’été 2010. Mais pourquoi ce nom ? Comme il l’est expliqué sur le site officiel, « Omaké » en japonais pourrait se traduire par « le bonus » ou encore la célèbre expression : « la cerise sur le gâteau ». Et c’est vraiment cet esprit que l’éditeur veut transmettre.

omakebooks

Omaké Books propose plusieurs choses sur son site. Les trois principaux arcs de développement que j’ai retenu sont : les ouvrages maison, la vente de produits en provenance d’autres éditeurs et bien évidemment la traduction d’oeuvres étrangères. Pour les ouvrages maison, je pourrais citer les plus connus (ou en tout cas ceux qui m’ont fait connaître Omaké Books) comme le fan book du JDG (Joueur Du Grenier) ou encore les guides des consoles (portables et de salon). Pour le contenu d’éditeurs partenaires je vous laisserai aller voir sur leur site, mais on retrouve des produits portant sur Resident Evil, Zelda ou encore Assassin’s Creed.

Niveau traduction, et je pense que ce sera ce qui va faire décoller cette maison d’édition dans mois à venir, tout du moins auprès des connaisseurs comme moi, de grosses licences vont débarquer. Pour le moment, il s’agit surtout de deux licences phares, qui n’étaient disponibles qu’en VO, j’ai nommé Uncharted et The Last Of Us. Il s’agit de deux sagas bien connues des fans de Naughty Dog et qui existaient déjà au travers de plusieurs artbooks (et même un comics pour The Last Of Us), mais qui n’étaient pas traduites, ce qui était quand même assez aberrant pour des licences aussi populaires.

uncharted_tlou

J’ai pu brièvement discuter avec Florent Gorges par mail, qui m’a dit qu’il était lui-même étonné qu’une maison comme Huginn & Muninn (souvenez-vous, c’était le numéro 2 de « Découverte édition » !) n’ait pas cherché à acheter les droits auprès de l’éditeur américain Dark Horse. Et j’avoue être du même étonnement. Cependant, même si le pari est risqué, je pense que le jeu en vaut la chandelle, et c’est réellement le moment de mettre en avant cette acquisition avec la sortie prochaine d’Uncharted 4.

Je n’ai encore jamais mis la main sur des productions de cet éditeur, mais étant un gros fan de Naughty Dog et surtout de ces deux licences susmentionnées, j’ai donc décidé de les commander afin d’une part, de soutenir la démarche courageuse de cette maison française, et d’autre part, voir ce que vont donner leurs versions qualitativement. Et cerise sur le gâteau, si vous vous dépêchez de les commander, vous aurez le droit à des packs limitées comprenant le livre (sans couverture spéciale ou contenu supplémentaire) et une collection de cartes assez belles et limitées à un tirage de 500 exemplaires. Le tout pour le prix de base du livre (à savoir 35 € pour The art of Uncharted 4, 35 € pour The Last Of Us et 15 € pour le comics de ce dernier), puisqu’il ne s’agit pas vraiment de collector, mais plutôt de bonus de précommande en quelques sortes.