20150923_182425_1

Aujourd’hui, je m’attaque à un monument du jeu vidéo, j’ai nommé Blizzard Entertainment ! En effet, il y a d’innombrables livres parlant de la franchise, du simple guide à l’artbook en passant par les romans divers et variés des différents univers créés par la compagnie américaine. Ici, nous allons nous intéresser de plus près à un artbook bien particulier puisqu’il s’agit de The Art of Blizzard Entertainment, dans son édition limitée. Il va traiter des 3 franchises les plus connues de la marque, mais également de quelques autres qui n’auront finalement jamais vu le jour.

Vous avez bien lu, même s’il est sûrement possible de trouver des traces de certains jeux abandonnés par la compagnie étasunienne, nous aurons un condensé d’artworks jamais dévoilés ainsi que quelques infos textuelles, de quoi faire bouillir la passion de Blizzard qui sommeil en vous. Trêve de bavardage et lançons-nous dans ce livre qui est à la fois copieux et fantastique !

20151001_185632_1

Je vais me faire du mal en disant cela, mais je pense qu’il existe encore des personnes qui ne connaissent pas Blizzard ni même ses licences phares (oui ça arrive de connaître un jeu, mais pas le développeur à l’origine de celui-ci…). Je vais donc faire un rapide résumé de l’histoire de ce géant qui aura, avec ses bons et ses mauvais côtés, aidé l’industrie du jeu vidéo à devenir ce qu’elle est aujourd’hui.

Blizzard Entertainment est un studio américain créé en 1991 par Allen Adham, Michael Morhaime et Frank Pearce, mais qui portait à l’origine le nom de Silicon & Synapse pour devenir 3 ans plus tard Chaos Studio. La même année, le nom est une troisième fois changé pour devenir celui qu’on lui connaît aujourd’hui. Si le premier succès commercial du studio est le célèbre « Warcraft: Orcs and Humans » sorti en 1994, il y aura eu quelques franchises avant telles que « RPM Racing » en 1991 ou encore le fameux « The Lost Vikings » en 1992 sur super NES (Oh mon dieu, blasphémateur que je suis, je vais me faire lyncher en liant Blizzard à autre chose que le monde du PC…).

20151001_185822_1

Venons-en aux franchises les plus connues de la firme. C’est au travers des 3 sagas que sont Warcraft, Diablo et Starcraft que Blizzard est mondialement connue, mais je reviendrais sur ces univers lorsque j’aborderais le contenu du livre. Parlons d’abord du package en lui même. Il existe une version basique du livre trouvable pour 60 € chez Amazon, et une version collector, initialement vendue 150 $. C’est cette dernière que j’ai choisi d’acheter, puisque comme vous le savez, je porte un intérêt tout particulier aux éditions limitées.

Mais alors, qu’avons nous dans cette version limité ? Et bien tout d’abord, il y a un coffret d’un gabarit assez imposant puisqu’il permet de contenir à la fois le livre, mais également le porte-folio qui contient les lithographies. Ensuite, celui-ci est recouvert d’un tissu noir et des inscriptions du nom de l’artbook en lettres argenté. Il y a également des décorations argentées avec des motifs ayant une forte connotation elfique. Ces gravures sont présentes sur les deux côtés du coffret. À l’intérieur le livre, également vêtu d’un tissu noir et du titre du livre en argent, se voit apposer l’image présente sur la façade de la version de base, mais dans un plus petit format. Le porte-folio quant à lui possède le même design que le coffret et respire la qualité avant même son ouverture.

20151001_185753_1

L’artbook

En premier lieu, je vais traiter le livre. Outre les spécificités extérieures citées précédemment, je dois avouer qu’avec sa couverture épaisse et ultra résistante, couplé aux quelque 375 pages bien épaisses, cet ouvrage fait son poids. Blizzard est quand même connu pour offrir de la qualité aux joueurs (en tout cas pour beaucoup de ses produits), et la société ne déroge pas à la règle avec ce produit. Nous arrivons donc au contenu. La disposition va être la suivante :

  • Avant-propos de Gerald Brom, peinture et illustrateur d’héroïque fantasy américain ayant notamment travaillé sur Diablo II ;
  • Introduction de Samwise Didier, directeur artistique de Blizzard ayant travaillé sur les séries Warcraft, Diablo et Starcraft ;
  • World of Warcraft (environ 170 pages) ;
  • Diablo (environ 90 pages) ;
  • Starcraft (environ 70 pages) ;
  • Les jeux abandonnés (environ 18 pages) ;
  • WOOT! (désolé je ne sais pas trop comment le traduire pour le coup) qui représente une petite tripoté d’artworks mettant en scène les personnages des différentes sagas, mais dans des situations hors contexte (événements de noël par exemple).

20151001_185851_1

Je passerais l’avant-propos et l’introduction qui restent assez classique dans leur contenu pour m’intéresser directement aux 3 séries principales. Je vais donc les traiter une par une afin de mieux vous faire apprécier le contenu.

World Of Warcraft : 

Après quelques textes retraçant les désires du studio concernant le fonctionnement et l’histoire de WoW (j’utiliserais l’abrégé du célèbre MMO même si pour le coup, il s’agit de parler de l’univers de Warcraft au sens large et non seulement du jeu phare), ce sera une suite d’artworks imagés qui prendront la relève. Les fans seront ravis puisqu’ils auront le plaisir de retrouver de sublimes illustrations de Uther, Illidan, Kael’Thas, Malfurion ou encore Sylvanas. Mais il n’y as pas que des artworks dont les couleurs sont rutilantes, puisqu’il est également mis à notre disposition des croquis d’origines fait par les créateurs de ces différents personnages emblématiques. Il est même possible de découvrir des schémas et croquis faits main (en impression dans le livre évidemment) à l’époque de la création du jeu comme ceux représentant la carte de LordAeron et Khaz Modan.

Le livre étant sorti en 2013, les personnages les plus récents de WoW abordés sont les célèbres pandas de l’extension « Mist of Pandaria ». Sinon, que dire à part qu’il faut le voir et l’avoir entre les mains pour l’apprécier, et même si je connais le monde de Warcraft via les RTS et non le MMO, je pense qu’il y a une tripoter de clins d’œil et de mises en scènes appréciables pour les fans de la saga.

20151001_185923_1

Diablo :

Cette partie traite donc du célèbre Hack’n’Slash où nous incarnons celui qui se devra de défaire le monstrueux Diablo avant qu’il n’arrive à anéantir l’humanité. Encore une fois, nous aurons tout un lot de sublimes artworks de l’univers et des personnages tels que Dablio (of course), Nasibo, Léoric ou encore le fameux Boucher.

Et encore une fois, une tripoté de croquis des personnages et ce à quoi ils ressemblaient avant leur visage définitif, autant dire un contenu très riche…

20151001_190402_1

Starcraft :

Cette fois-ci on arrive dans la seule franchise que je ne maîtrise pas du tout chez Blizzard. En effet, même si je connais les personnages emblématiques grâce à Heroes of The Storm, et que je suis fan de tout ce qui est SF, je n’ai jamais joué à Starcraft. Bon cependant, cela ne se sera pas trop handicapant dans le sens où cette franchise à reçu le même traitement que les deux précédentes avec des artworks de type peinture, schémas ou croquis. Les différents camps accessibles dans le jeu sont bien évidemment représentés.

20151001_190629_1

On en arrive aux dernières parties. Dans celle destinée aux jeux développés puis abandonnés par Blizzard, nous retrouvons de magnifiques illustrations et croquis des titres suivants :

  • Nomad : un action-RPG développé dans les années 90 et mettant en oeuvre des cyborgs, des mutants et autres formes de vie malveillante ;
  • BloodLines : un action-RPG à la 3e personne développée en 1995 et mettant en scène des vampires de l’espace (si si je ne mens pas !) ;
  • Denizen : un concept de jeu d’action (toujours dans les années 90) mélangeant plusieurs genres et se situant dans un univers trollesque ;
  • Ronin : un RPG développé dans les années 90 et permettant de jouer un samouraï dans le Japon féodale.

20151001_190843_1

On finit donc avec la partie « WOOT » où nous pourrons retrouver un certain nombre des personnages des univers précédemment cités, mais dans une thématique réelle qui est celle des fêtes de Noël. Des situations assez cocasses et qui permettent de découvrir les personnages sous un autre angle.

Les lithographies

Voici donc les illustrations. Si habituellement les éditions collector possèdent au mieux une lithographie, celle-ci nous fait le plaisir de nous en fournir non pas une, non pas deux, non pas trois, mais QUATRE sublimes lithographies. Elles sont imprimées dans un format assez inhabituel, mais très jouissif puisqu’elles sont plus grandes que le livre lui-même ! Chacune est séparée par une feuille de papier afin de ne pas marquer celle qui se trouve en dessous, c’est dire le soin avec lequel Blizzard a fait son package. La qualité de l’impression est assez exceptionnelle je dois l’avouer, à tel point qu’on penserait presque qu’il s’agit de photos ou de peintures…

Trois de ces lithographies représentent les 3 univers principaux approfondis par l’artbook et la dernière est l’impression de l’image réalisée en exclusivité pour la page de couverture de cet artbook. Enfin, à l’intérieur du porte-folio se trouve une petite plaque où est affiché le numéro de notre collector ainsi que les signatures faits main de trois des artistes.

20151001_191041_1


Pour conclure, je dirais qu’il n’y a pas énormément de texte sur chaque partie, mais je pense que ce n’est pas réellement un souci dans la mesure où c’est principalement les fans de Blizzard qui se fourniront ce livre, et de ce fait, des lecteurs qui connaissent déjà l’histoire des jeux. La qualité du livre est vraiment exemplaire, ne serait-ce que la qualité du papier. En effet, je suis le premier à dire que dans un livre, et plus précisément un artbook, si le papier possède un léger grain cela amène un cachet supplémentaire.

Mais ici, le papier possède un glaçage assez inhabituel de par son épaisseur et sa sensation plastifiée. On pourrait se dire que cela donne un effet peu agréable pour un livre, mais bien au contraire, je trouve le touché assez remarquable et l’effet vraiment excellent. Qui plus est, cela permet d’avoir des impressions d’une qualité remarquable et rarement égalée dans les artbooks que j’ai pu voir jusqu’ici. Les lithographies sont assez exceptionnelles également et rajoutent un gros plus à ce collector qui voit son prix devenir plus qu’acceptable en version collector.

Pour ma part il s’agit du numéro 889 / 1500. Je sais qu’il en reste encore pas mal sur le marché (quelques uns sur ebay et d’autres sur Amazon), mais les sources ont quand même l’air de se tarir, il ne faut donc pas tarder si vous êtes tenté par la version limité, sous peine de voir les prix s’enfler à toute vitesse. En revanche, si je ne conseille l’artbook de base qu’aux vrais fans, j’aurai presque tendance à conseiller la version collector aux collectionneurs acharnés, qui aiment aussi bien les jeux vidéo et les univers SF / Fantasy. Sur ce je vous laisse apprécier les images et je vous dis à bientôt, les amis !

Points positifs :

  • Un collector de grande qualité ;
  • Un papier qui donne un effet magnifique ;
  • Une couverture de livre sobre, solide et bien finie ;
  • Un contenu complet et de toute beauté ;
  • Des images exclusives et des informations encore jamais dévoilées (sur les jeux abandonnées notamment) ;
  • Des lithographies nombreuses, grandes et d’une qualité rarement égalée ;
  • Artbook disponible en français pour la version basique ;
  • Un très bon rapport qualité prix pour la version collector ;

Points négatifs :

  • Peut-être un peu cher dans sa version de base.

[IMAGES PERSONNELLES]