20150905_144436_1

Après une petite absence due à une fatigue passagère, je reviens avec une nouvelle critique destinée aux fans du 7e art ! En effet, il est question ici de l’artbook The Art of Film Magic: 20 Years of Weta, sorti en 2014 et qui a pour but de fêter les 20 ans de la création de la société Weta. Bon OK, en réalité Weta a été fondé en 1986, donc cela fera 30 ans en 2016, mais ils ont tenu à regrouper ici, plus de 20 ans de travaux ! Venons-en à la critique du contenu de ce coffret comprenant non pas un, mais 2 artbooks avec chacun leur spécificité particulière. Pour la petite anecdote, Weta est une race d’insecte originaire d’Océanie, lieux où se trouve le continent d’origine du créateur de Weta.

20150905_144454_1

Tout d’abord, et pour situer un peu le contexte, Weta est la société la plus connue dans le monde du cinéma en ce qui concerne la création d’effets spéciaux. Pour vous donner un ordre d’idée, voici une liste non exhaustive de quelques-uns des films les plus connus sur lesquels a travaillé le studio : Distrcit 9, le seigneur des anneaux, le hobbit, King Kong, Avatar, Halo (série), Narnia, Titanic, Tintin, Iron Man…

À la tête de ce studio de néo-zélandaise situé à Wellington, c’est le célèbre Peter Jackson qui mène la barque . Autant dire qu’il s’agit, en grande partie, de blockbuster dont je suis vraiment fan (LOTR en tête de file). Lorsque j’ai vu que cet artbook allait paraître le 28 octobre dernier, je l’ai bien évidemment commandé au papa Noël quelques semaines plus tard. Mais trêve de bavardages et passons maintenant au produit en question !

20150905_144529_1

Ce coffret n’est pas une édition collector (ou limitée) contrairement à ce que l’on pourrait penser. En effet, il s’agit d’une version de base, mais de très bonne qualité. Alors certes le prix s’en ressent (environ 100 $ à la sortie, mais trouvable pour un peu moins de 70 € maintenant), mais la qualité est au rendez-vous. Attention néanmoins, car comme je le détaillerais plus tard, il y a pas mal de texte, et le contenu est anglais, anglophobe s’abstenir donc.

Concernant le coffret en lui même, il est assez joli avec une impression sur papier mat, et des illustrations représentant un échantillon des diverses productions sur lesquels a travaillé Weta. Un étui solide et qui permettra de bien protéger vos deux artbooks. Mais alors pourquoi deux artbooks plutôt qu’un seul ? La raison est simple, la société est divisée en deux sections : l’une nommé Weta Workshop et qui travail sur tout ce qui est décors, statues, accessoires et tenues vestimentaires. Et l’autre branche nommée Weta Digital, et spécialisée dans tout ce qui est création d’effets spéciaux numériques.

20150905_144554_1

Je vais faire une rapide présentation des deux artbooks édités par Harper Design, puis je livrerais mon ressenti afin de voir si cette séparation est bien pensée ou non.

  • Weta Workshop :

Cette branche de la société se charge donc de la création des décors de films, mais physique, c’est-à-dire les décors réels, non créés par ordinateur. Cela va d’un intérieur de maison à un champ de ruines, de véhicules aux différents cadavres et maquillages de créatures en tout genre. Eh oui, car dans un film comme les deux tours ou le retour du roi, il y en a à la pelle des restes humains, elfiques ou encore des déchets d’orcs et d’uruk hai, et tous ne sont pas générés via des images virtuelles.

Il en va de même pour des films comme BrainDead, célèbre comédie horrifique sortie en 1992. Il fallait faire les déguisements des zombies, mais également les têtes écrasées ou encore les petits monstres. Outre cela, les personnes travaillant pour cette branche du studio sont de très bons accessoiristes puisqu’ils auront réalisé par exemple, toutes les épées, boucliers et  autres armes présentes dans des films comme LOTR ou encore District 9. Autant dire qu’il y a un sacré travail de recherche et de création derrière tout ça…

20150905_144614_1

  • Weta Digital :

Pour cette partie, c’est donc un travail avec le meilleur allié du cinéma actuel : l’ordinateur. En effet, la branche digitale s’occupe, comme son nom l’indique, de la partie de création numérique qui sera implantée dans chaque film sur lesquels aura travaillé le studio. Je ne vais pas de nouveau citer tous les films, mais dans cet ouvrage, il est possible de voir l’incrustation de décors dans des films tels qu’Avatar, Le hobbit ou encore King Kong. Les équipes travaillent quasi tout le temps avec des maquettes et des parties de décors réel, conçu au passage par la branche Workshop lorsqu’il s’agit de décors en studio, afin d’intégrer de la vie supplémentaire. Ainsi nous verrons comment s’effectue l’ajout de personnes, de décors, de créatures et d’explosions afin de rendre plus vivantes les créations.

20150905_145242_1

Concrètement, le contenu est très dense. Chaque livre faisant dans les 230 pages, pour un total de plus de 460 pages, autant dire qu’il y a de quoi faire. Le papier utilisé est un papier brillant des plus classique ce qui n’empêche pas l’équipe d’avoir travaillé la présentation intégrale d’une grande partie des doubles-pages afin de faire de petites « mise en scène » du contenu présenté. Certaines illustrations sont en pleine page, voire pleine double page, ce qui est vraiment agréable. Le format 16:9 est plutôt bien adapté pour des artbooks dont le sujet est le cinéma, puisque les panorama n’en trouveront que plus de place. Chaque livre à sa couverture propre, solide et avec une impression de grande qualité.

L’éditeur et Weta ont traité le contenu de façon à parler un peu de chacune des grosses créations du studio et nous avons donc le droit à chaque fois à de petites anecdotes les concernant, ce qui est un plus pour les vrais fans. En revanche, je regrette juste l’absence de QR Code menant vers des liens de vidéos, cela aurait été un gros plus et aurait permis de compléter une mine d’information déjà bien riche.


20150905_145659_1

En conclusion, ce duo d’artbook dans son étui se devrait d’être dans la bibliothèque de chaque fan de cinéma, notamment les films sur lesquels à travaillé Peter Jackson et son studio. Complet et nous permettant de découvrir plus en profondeur une société qui n’a plus à faire ses preuves, c’est également l’occasion de voir ou revoir les scènes les plus connues des plus gros blockbusters de ces 20 dernières années. Les moyens mis en oeuvre pour ces films ainsi que différentes anecdotes des équipes de création viendront parfaire vos connaissances à coup sûr. En revanche, ils y a beaucoup de textes et c’est en anglais, attention donc si vous ne comprenez pas un mot de la langue anglo-saxonne. Or mis cela, il n’y a pas beaucoup de reproches à faire, si ce n’est un prix un peu élevé pour une version qui n’est ni un collector, ni une édition limitée (numérotée) malgré la présence de l’étui.

Points positifs :

  • Une édition de base vraiment qualitative avec un étui ;
  • Un contenu monstre au travers de deux artbooks ;
  • Une séparation du contenu justifiée par le fonctionnement de la société ;
  • De nombreux blockbuster traité ;
  • Des impressions de qualité ;
  • Une mise en scène des pages afin de coller au contenu.

Points négatifs :

  • Un papier blanc brillant un peu trop classique ;
  • Un peu cher pour une édition non-collector/limitée ;
  • Seulement en anglais ;
  • Des QR Codes vers des vidéos des équipes de tournages auraient été un plus.

[IMAGES PERSONNELLES]