20150817_192923_1

Il est des éditions qui sont assez rares pour attirer mon attention. J’ai réussi à avoir cette édition qui ne tombera pas dans toutes les mains – je remercie d’ailleurs la personne qui m’aura permis de mettre la main dessus – et le contenu étant assez joli, je me devais de faire une critique dessus. L’artbook est sorti en 2012 dans une version de base nommée Assassin’s Creed Encyclopedia 2.0 et faisait environ 340 pages. Cette version collector E3 2012 comporte 255 pages, avec donc un peu moins de contenu que la version commerciale, mais avec une dizaine de pages ayant un contenu exclusif, ainsi qu’une couverture inédite.

20150817_192956_1

Je le disais au-dessus, cette édition a comme particularité d’avoir une couverture exclusive (puisque la version de base a une couverture blanche), mais également quelques artworks que vous ne retrouverez nulle part ailleurs. Je ne vais pas revenir sur la franchise du blockbuster d’Ubisoft qui est connu de tout fan de jeux vidéo (même si l’on n’est pas adepte de la saga). Mais je vais faire un rapide débrief du vaste sommaire proposé afin de parler des moments que ce livre retrace.

Tout d’abord, il faut savoir que ce livre date de l’E3 2012, c’était l’époque de la présentation d’Assassin’s Creed III, le volet de la saga se déroulant au moment de la révolution américaine. Mais voyons de quoi va parler ce fameux artbook puisque ce dernier n’était pas encore sorti. Ci-dessous, une photo du sommaire en question.

20150817_193256_1

Pour résumer rapidement, le livre commence par aborder l’épisode BrotherHood, en expliquant l’histoire des assassins ainsi que le fonctionnement de l’organisation. Il y a également des images et des textes détaillant les différentes armes de cet opus, ainsi que les machines de Léonard De Vinci. Vient ensuite un chapitre dédié à l’ordre des templiers, fidèles ennemis de l’Ordre des Assassins. On y trouvera des informations sur leur origine, leur projet, mais aussi leur lien avec l’animus, fameux système permettant le transfert de conscience en une période révolue. Un petit chapitre est dédié aux Anciens, peuple disparu et mythique de la saga.

Par la suite, on va pouvoir retracer les aventures de Desmond Miles (pour le côté contemporain donc), Altaïr et Ezio Auditore (pour la partie Animus-Assassins). La renaissance italienne que nous avons pu traverser au cours de BrotherHood est donc mise en avant de façon assez poussée via un panel d’artworks plsu que conséquent. L’épisode précédent AC III étant Assassin’s Creed: Revelations, nous irons donc jusqu’à Constantinople, capitale de l’Empire ottoman et ville centrale de ce dernier volet. Evidemment les alliés de nos héros seront bien sûr passés au crible pour notre plus grand plaisir.

20150817_193005_1

Venons à mon ressenti concernant la qualité du livre en question. Il n’est pas facile de critiquer un artbook qui a été offert à une convention et qui n’a donc pas été payé (même s’il est possible de retrouver ce livre autour des 100 € sur le net, et encore, ça c’est si vous avez de la chance, car très peu sont en vente, personnellement j’ai dû en voir un ou deux) puisque nous n’aurons pas le même niveau d’exigence, mais je vais prendre cette composante en compte. La couverture exclusive à cette édition E3 est d’un gris un peu fade et les écritures sont très discrètes voire presque illisible sans se rapprocher, ce qui est assez dommage, car on attendrait d’une version ultra collector comme celle-là qu’elle en jette un maximum. En revanche, ce qui est agréable ce sont les logos avant et arrière en relief dans le livre, c’est un vrai plus.

A l’intérieur, le contenu est très dense tout au long des 255 pages et l’équilibre entre artworks et textes est vraiment bon. Par moment ce sont les textes qui ont leurs illustrations et à d’autres c’est une sensation inverse, des images avec lesquelles un texte va venir compléter le contexte. Les impressions d’images sont bonnes, sur du papier blanc brillant, un classique sans risque. Ce sont à 95 % des peintures parfois abstraites et parfois très précises. Les images sont d’une grande qualité. Mon regret serait peut-être le manque d’illustrations de grandes tailles. En effet, le livre à un format plus petit qu’une grande partie des artbooks habituels et certaines impressions peuvent sembler ridiculement petites et donc difficilement appréciables. Qui plus ait, un papier vieillit type vieux manuscrit aurait vraiment donnée de la valeur ajoutée pour un livre traitant de l’époque de la renaissance, un peu à la manière des vieux livres de notre cher De Vinci. Malgré tout, ce livre est une vraie bible pour les fans de ces deux opus et de la saga en général.

20150817_193634_1


En conclusion, je dirais que cet artbook est un classique pour les fans de la saga Assassin’s Creed. C’est l’une des premières fois que je vois un artbook de jeu aussi complet et apportant autant de petits plus sur l’histoire, même si la majorité des textes ne nous apprennent rien de renversant. La partie approfondissement des personnages est vraiment intéressante et les illustrations étant de bonne qualité, malgré la dimension discutable de certaines, c’est vraiment un atout pour une collection axée sur l’assassin et ses aventures. Dans le cadre d’un cadeau offert par un éditeur, malgré les petits défauts cités précédemment, il serait impensable de le refuser. Pour un achat, autour des 100/150 € cela peut-être un bon investissement, mais encore faudra-t-il être un fidèle de la franchise, car la quantité de texte (en anglais) impressionnante pourrait déplaire à ceux qui ne la connaisse pas et qui souhaite juste de belles images.

Points positifs :

  • 255 pages de contenu ;
  • De très beaux artworks ;
  • Des textes nombreux, mais pas trop ;
  • Une mise en page soignée ;
  • Une partie personnages très détaillée ;
  • La solidité du livre ;
  • Un cadeau d’Ubisoft qui change des goodies bas de gamme habituelles.

Points négatifs :

  • Une couverture fade et pas si collector malgré le relief ;
  • Le manque d’images de grande taille ;
  • Un papier blanc brillant classique, qui manque de cachet.

[IMAGES PERSONNELLES]