20150804_185900_1

John Harris. Ce nom ne vous dira peut-être rien, et pourtant, il s’agit de l’un des plus grands illustrateurs du 20/21 e siècle ! En effet, outre le fait d’être spécialisé dans la SF, il a réalisé des couvertures de livres et des illustrations pour des écrivains comme le grand Isaac Asimov (je lis en ce moment la saga Fondation et je la conseille grandement), Orson Scott, Arthur C Clarke ou encore Ben Bova. Il aura également fait des illustrations pour la NASA dans les années 80, rien de moins… Un tel personnage ne pouvait donc pas passer à côté d’un recueil de ses plus belles créations, et voici le résultat obtenu.

Ce livre nommé Beyond the Horizon, ou « au-delà de l’Horizon » dans la langue de molière, est clairement une référence à l’horizon des événements en astrophysique qui désigne la limite d’une région donnée  dans le futur avec laquelle un utilisateur pourrait interférer. Cet artbook est édité par la célèbre maison d’édition Titan Books et est disponible en version classique pour environ une trentaine d’euros ainsi qu’en version collector – produite en 300 exemplaires – pour environ 65 € (voir le site de l’éditeur). Sortie en mai 2014, il semblerait qu’une nouvelle réimpression aura lieu dans le courant de l’année même si je ne sais pas combien d’exemplaires seront disponibles.  Concernant le contenu de cette édition collector, nous avons donc le livre avec une protection inédite et signée par Mr Harris lui-même, un étui de très bonne qualité – malgré le fait qu’il soit en carton rigide et non en cuir comme certains artbooks collectors – avec un dessin intégral et enfin, une lithographie assez jolie, également signée.

20150804_185729~2_1

Je le disais, extérieurement l’étui est de bonne qualité et l’artbook est à l’abri derrière sa protection signée de l’artiste. En dessous, c’est une couverture rigide/brillante avec une couleur jaunâtre et des dessins semblable à la surface d’une planète tellurique. À l’intérieur, le contenu est disposé de la manière suivante : après un avant-propos où John Scalzi – auteur de SF comme le Cycle du vieil homme et la guerre ou encore les  Romans isolés – explique toute son admiration pour John Harris et son travail ainsi que toute l’inspiration qu’il aura pu puiser de ses illustrations pour ses propres romans. Puis vient une courte introduction expliquant les différentes évolutions de la Sci-fi au cours des dernières décennies et comment Harris a fait pour intervenir dans ce milieu.

Nous en arrivons au vif du sujet, les artworks. Il s’agit quasi uniquement de peintures, donc « peinturophobes » s’abstenir.  Contrairement à certains artbooks, il n’y a presque pas de texte, si ce n’est les légendes des images permettant de savoir sur quels romans elles ont été utilisées ou même de connaitre leur contexte. S’il n’y a pas de chapitre clairement prédéfini dans une table des matières comme à l’accoutumer, il y a quand même des titres ici et là afin de spécifier le changement de domaine. Ainsi, il est possible d’avoir une phase vaisseaux spatiaux, décors de planètes ou encore populations. Le livre fait 160 pages, ce qui n’est pas énorme en soi pour un artbook, mais la densité du contenu est tout de même là, malgré la présence de certaines impressions en doubles pages, fort agréables.

20150804_190825_1


Cette critique n’aura pas été longue, car il s’agit finalement plus d’une galerie d’art que d’un artbook classique. En ce qui concerne la qualité, je dirais que le papier est assez épais pour s’avérer résistant à de multiples lectures, les impressions sont vraiment d’une grande qualité et le coffret collector est vraiment plaisant avec son étui et sa lithographie. Concernant l’artiste, il n’a plus rien à démontrer puisque c’est lui le maître dans le domaine de l’illustration SF. Le contenu en lui même est très plaisant et nous permet de retracer plus de 30 ans de dessins, nous donnant également l’occasion de constater les évolutions stylistiques de l’auteur. Seul regret peut-être, le manque de texte qui aurait pu nous en dire plus sur le comment du pourquoi de certaines créations. Mais bon, c’est déjà un joli petit chef d’oeuvre que nous livrent ici Titan Books et John Harris. À posséder pour tout fan de space opera qui se respect.

Points positifs :

  • Des matériaux utilisés qui laissent présager une bonne robustesse du livre ;
  • Un contenu visuellement sublime ;
  • Grande densité d’images ;
  • Très bonne qualité d’impression ;
  • Un collector très honnête pour le peu de différence de prix avec la version de base.

Points négatifs :

  • Malgré tout un peu court (160 pages) ;
  • Trop peu de texte, même si c’est le type de contenu qui l’impose ;
  • Images seulement tirées de peintures.

[IMAGES PERSONNELLES]