20150607_175851_1

Eve Online, est l’un des plus vieux MMO encore actifs à l’heure actuelle. Je pense qu’une majorité d’entre vous connaît ce jeu, mais je vais quand même faire un petit tour du propriétaire pour expliquer le contexte aux plus jeunes d’entre nous. D’abords, il faut savoir que je ne suis pas un joueur de EVE (malheureusement, même si j’ai essayé plusieurs fois de m’y mettre) car tout simplement, c’est à ma connaissance, l’un des MMO les plus chronophages si on veut pouvoir atteindre un niveau intéressant de jeu. Et étant donné que je joue souvent à plusieurs jeux en même temps, je n’aurais pas la foi de concentrer sur un seul jeu pendant plusieurs mois. Qui plus est, il est l’un des rares utilisant encore l’abonnement mensuel pour jouer (environ 15 €/mois) et je ne suis pas prêt à payer mensuellement pour un jeu que je pourrais arrêter une semaine sur deux. Tout ceci pour dire que s’il y a des férus du jeu qui me lisent un jour, ne m’en voulez pas de ne pas avoir une connaissance très approfondie du jeu.

Le jeu : 

Sorti le 6 mai 2003 (soit 1 an et demi avant le célèbre World of Warcraft, WoW pour les intimes), il s’agit d’un MMORPG – un meuporg quoi… – spatial orienté simulation / stratégie. Si EVE est réputée, c’est aussi bien pour ses combats spatiaux épiques impliquant plusieurs milliers de joueurs sur un même champ de bataille (plus de 4 000 participants pour le record du plus gros combat), que pour son système économique ultra poussé. Même s’il n’a jamais atteint le million de comptes actifs, contrairement à des concurrents comme WoW, qui a déjà atteint les 12 millions de joueurs, EVE a une force : son noyau dur de joueur. En effet, dans une récente étude il a été montré que la moyenne d’âge des joueurs a évolué au fur et à mesure que le jeu vieillissait, avec une moyenne d’âge actuelle autour des 28 ans il me semble. Ce qui prouve que les joueurs ayant commencé à 16 ans sont toujours présents. Qui plus ait, contrairement à certains MMO qui ont très mal vieilli, EVE Online a eu continuellement des MAJ graphiques, portant son poids de  520 Mo à sa sortie, à 12 Go actuellement. Il faut dire que cela ne fait même pas un an que le jeu a été traduit en français, et donc le full anglais en à éloigné plus d’un.

Bref vous l’aurez compris, l’espace, des vaisseaux spatiaux, une économie poussée, des combats épiques, le tout dans un monde persistant géant, un cocktail parfait pour une réussite assurée.

EVE-Online

L’artbook : 

Jusqu’à présent, et à ma connaissance, il y a 4 artbooks sortis sur l’univers de EVE Online:

  • The Art of EVE, sorti en 2007 et qui se trouve a environ 200 $ sur différents sites internet ;
  • EVE Second Decade, sorti en exclusivité avec l’édition collector physique du même nom en 2013 ;
  • EVE Source, sorti en 2014 (à environ 50 € dans sa version standard) ;
  • Et enfin, plus récemment en 2015 nous avons eu le droit à EVE Universe : The Art of New Eden dont la version standard coûté dans les 40 €.

Pour ma part, je possède les 3 premiers cités précédemment dont EVE Source (le 4ème en version collector est en route pour chez moi !), que je vais vous présenter ici dans sa version collector. Cette édition étant très rare, et ne se trouvant en vente nulle part sur le net (ou presque), j’ai vraiment eu de la chance de pouvoir me la procurer neuve, sous blister, il y a de cela un an.

Alors, pour faire simple, cette version collector – éditée comme la version de base par Dark Horse – se différencie de la version standard sur plusieurs points. Déjà elle est dans un coffret de cuir noir assez imposant et qui à la forme d’un livre. Dessus, on peut remarquer un simple « EVE » marqué en lettres argentées. À l’intérieur, dans le rabat gauche, une plaque argentée  sur laquelle est présent un dessin (il me semble que c’est une représentation simplifiée de l’univers du jeu, mais je ne suis pas sûr) sous lequel nous pouvons voir le numéro de notre édition, en l’occurrence 1351 / 1400. On découvre également une double planche de tissu noir contenant deux lithographies magnifiques, l’une représentant un vaisseau, l’autre une ville de l’histoire du jeu. On pourra tout de même regretter que ces lithographies ne soient pas signées comme c’est le cas pour la version collector similaire de EVE Universe (cela rendrait l’objet un peu plus précieux).

Enfin, on y découvre le livre avec une couverture entièrement en cuir noir, similaire à celui du coffret et avec écrit – toujours en lettres argentées – sur la façade : EVE SOURCE.

Contrairement à d’habitude, je ne vais pas décrire tout le contenu, tant celui-ci est dense. Je vais donc principalement décrire les passages qui m’ont marqué. La table des matières nous dévoile 27 points, réparties sur 200 pages. Cela fait beaucoup, certes, mais quand on voit le nombre d’informations différentes qui sont fournies sur l’univers du jeu, on se dit que c’est tout à fait normal. Après une courte introduction de Torfi Frans Olafsson, le directeur créatif de la franchise EVE, qui nous explique rapidement les différentes facettes de son univers, nous rentrons dans le vif du sujet.

Cet artbook retrace finalement toute l’histoire de l’univers de EVE avec bien évidemment ses origines (d’où le nom « Source » !) de la conquête de New Eden, en passant par les différentes castes et bien sûr, corporations qui font leur loi au sein du jeu et que les joueurs peuvent intégrer durant leur périple. Tout au long de ce pur bonheur de space opera se mêlent images somptueuses et textes explicatifs d’une très grande précision. Même quand une double page est entièrement remplie de texte, et qu’on se dit que cela manque d’artwork, la page d’après nous ravie avec des décors dont on a rarement l’habitude d’en voir ailleurs que dans les meilleures sagas spatiales. Certaines images sont tellement belles qu’on dirait presque des photos prisent avec l’un des télescopes que nous avons en orbites et qui nous fournissent parfois de tels clichés du fin fond de l’espace. Chaque faction, chaque corporation possèdent ses logos et sa propre histoire, en revanche, il ne faudra pas être anglophobe pour pouvoir dévorer toutes ses explications.


Pour conclure sur cet artbook, et pour laisser place aux photos qui seront bien plus parlantes que des mots, je dirais que Dark Horse nous livre ici un très bon produit dont le contenu ravira aussi bien les fans du jeu, que les adorateurs de space opera. Ces derniers auront d’ailleurs sûrement envie de se procurer les autres artbooks de la franchise pour en apprendre plus. Qui sait, cela les fera peut-être se lancer dans l’aventure vidéoludique. Pour en revenir plus particulièrement à la version collector, je peux dire qu’elle fait preuve d’une superbe qualité et de finitions exemplaires. Si cette dernière était disponible aux alentours des 90 € à sa sortie, elle s’arrache facilement entre 500 et 1000 € sur certains sites (et encore, il faut arriver à la trouver). Il faudra donc vraiment être un fan inconditionnel pour se la procurer aujourd’hui.

Points positifs :

  • Un contenu incroyablement riche ;
  • Un réel approfondissement de l’univers ;
  • Des impressions de grande qualité ;
  • Une édition collector sublime ;
  • Les deux lithographies de l’édition collector renfermées dans une belle protection en tissu ;

Points négatifs :

  • Pas de signature sur les lithographies, dommage ;
  • Ne pas être anglophobe pour pouvoir profiter pleinement du contenu ;
  • Le cuir du collector qui peut paraître fragile.

 [IMAGES PERSONNELLES]