20150606_122617_1

Si j’aime bien les artbooks dont le contenu gravite autour des univers de jeux vidéo, de films, de série TV ou tout simplement de romans, j’aime également les artbooks plus orientés « art ».  Alors quand une trilogie de livre cible la SF (et le space opera) et que l’auteur est un Français (chauvinisme en force !) je suis encore plus aux anges. Concernant l’auteur justement, je vais m’attarder un peu dessus, car il n’y a pas énormément de texte dans ces bouquins puisque ce sont principalement des visuels qui sont présents ici. Alors, certains vont me dire que je blâmais dans mes dernières critiques le manque de texte, et donc le manque d’approfondissement de l’univers. Mais ici, c’est complètement différent, dans le sens où cette série de livres n’a pas été faite pour cibler un univers en particulier, mais tout simplement pour partager des artworks, faisant par moment des clins d’œil à certains univers de SF.  Des clins d’œil ?

Et oui, car j’en viens à l’auteur en lui même. Sparth, de sa vraie dénomination Nicolas Bouvier, est né en France (cocorico !) et est designer dans l’industrie du jeu vidéo depuis 1996. Il a notamment travaillé sur quelques petites productions peu connues du publique (sarcasme) comme Alone in the dark 4, Assassin’s Creed, Rage, Halo 4 ou encore plus récemment en tant que directeur artistique sur Halo 5. Autant dire que la vie du monsieur est bien remplie. Pour faire court, en 2003 il décide de quitter Paris pour aller vivre à Montréal (pas très loin de chez mon ami, Vanou !) pour rejoindre Ubisoft et travailler sur quelques projets comme Prince of Persia Warrior ou AC1. En 2005, il part au Texas pour travailler pour id Software puis en 2009 il rejoint l’aventure Halo au sein de Microsoft, chez qui il est toujours.

20150606_122600_1

Pour ma part, j’ai fait l’acquisition des numéros 2 et 3 (le premier étant un peu cher puisqu’il atteint plus de 100 € sur Amazon par exemple), c’est pourquoi pour le moment je ne pourrais pas parler du premier, mais je pense qu’il est également bien fourni. Sorti en décembre 2011 chez Design Studio Press, avec Scott Rebertson comme directeur artistique et Sparth accompagné de Jenny Suh pour le contenu, c’est un design sobre, mais bien fini que nous dévoile cet artbook. Muni d’une protection de qualité, et d’une couverture reprenant le visuel de cette protection, on voit au premier coup d’œil le caractère moderne et futuriste que renferme ce livre. Sur l’arrière, deux avis à propos de Sparth et de son travail par des anciens collègues de l’univers du jeu vidéo.

Après une courte dédicace, la table des matières révèle la présence de 6 parties. D’abord un avant-propos de David Levy (personne avec qui Sparth a travaillé apparemment) qui explique à quel point il est transporté en regardant tous ces visuels créés par son ami. Puis une introduction de Sparth lui-même qui explique sa ligne artistique et ses influences, ouvertement centrées sur l’univers Halo. Ensuite arrivent 3 chapitres d’artworks représentant des visuels alternatifs de franchises connues (Dune, the Quiet War ou encore Haze), des inventions et des concepts art. Le premier chapitre faisant près de 110 pages est centré surtout sur des visuels gravitant autour de livres de SF. Le second chapitre, d’un peu moins de 10 pages, se concentre sur l’univers Halo. Le troisième chapitre se compose d’images ne laissant échappé aucune légende même si ceux-ci sont clairement orientés, une fois de plus, space opera. Le chapitre 4 plaira très certainement aux designers en herbe puisqu’il s’agit d’explications sur la création de ces visuels. Il y a donc en général 3 versions d’une même image à plusieurs étapes de leur création.


Cette critique s’avère un peu courte puisque pour une fois, ce livre est beaucoup plus fait pour la contemplation, et non seulement la lecture « rapide ». En conclusion, ce livre est un recueil de magnifiques images, montrant des artworks ayant servi à des écrivains pour leurs livres, ou en tant que couvertures alternatives, des images sublimes autour de l’univers de Halo et même des créations originales. La petite cerise sur le gâteau, c’est ce dernier chapitre décrivant les étapes de création apportera un petit plus non négligeable pour qui s’intéresse à la création d’artwork. Plus concrètement, les images sont juste sublimes, j’ai rarement vu des artworks avec un style aussi « racé », touchant à certains mythes de la SF et avec autant de détails. Malgré le fait que ce livre ne fasse que 160 pages, il est l’un de ceux (de ma collection personnelle) sur lesquels je suis resté le plus longtemps à observer et imaginer tout l’univers qui pouvait se trouver derrière chaque image. Ma critique pour le numéro 3 arrivera d’ici quelque temps, mais je conseil vivement les fans de se fournir les exemplaires restant avant que cela ne fasse comme le premier et que les pris pour la version hardbook (version avec couverture rigide) ne voit son prix grimper. Je vous laisse avec ces quelques images qui je l’espère, vous feront un peu rêver !

Points positifs :

  • Un artbook qui porte bien sa dénomination ;
  • Des impressions de très bonne qualité ;
  • Une protection et couverture riche en informations ;
  • Des visuels en veux tu en voilas d’une qualité irréprochable et dans plusieurs styles ;
  • De quoi rêver pendant des heures ;
  • Le dernier chapitre pour les designers en herbe.

Points négatifs :

  • Un format de livre un peu petit pour ce type d’images ;
  • On en voudrait encore plus !

 

[IMAGES PERSONNELLES]