20150530_124043

Édité par Titan Books (comme c’est comique dit donc !), cet artbook présente les différentes facettes du célèbre jeu Titanfall. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, où seulement de nom, Titanfall est un FPS sorti en mars 2014 en exclusivité Microsoft (PC et Xbox) édité par Respawn Entertainment et développé par Electronic Arts. La particularité du jeu fut qu’il amenait le passage entre personnage à pieds et à l’intérieur d’un mecha, un robot géant (même s’il n’était pas le tout premier, car par exemple, Battlefield 2142 permettait cela en 2006 déjà). Mais nous ne sommes pas là pour refaire un test de ce jeu. Vous l’aurez donc compris, il s’agit d’un jeu futuriste, et malgré la hype de l’époque, celle-ci s’essouffla rapidement quelques mois après le lancement. Cela obligea entre autres EA à rendre gratuit le season-pass moins d’un an après la sortie de Titanfall…

En tout cas le concept était là, et avec un sujet pareil, il se devait d’y avoir un livre retraçant les différents atouts qu’offrent ce jeu et cet univers. Entrons dans le vif du sujet. Extérieurement parlant, ce livre est muni d’une protection d’assez bonne qualité montrant un pilote accroupi sur son titan en façade, et des images du jeu à l’arrière. En couverture du livre, rien d’exceptionnel puisqu’il s’agit du même dessin que la protection, mais tout en noir, sans aucun relief.

20150530_124122

Cet artbook se décompose en 4 parties :

Titans et pilotes :

Cette partie regroupe aussi bien des fiches explicatives des différents types de robot, que des personnages présents dans le jeu, et même des créatures de la faune locale. Concernant les mechas, il en existe 3 types, hors cartes à looter en jeu permettant d’obtenir des versions spéciales des catégories suivantes : l’Ogre qui est ce que nous pourrions qualifier de tank puisqu’il a beaucoup de vie, mais inflige peu de dégâts, le Stryder qui lui n’a pas beaucoup de vie, mais est hyper rapide et peu donc faire mal tant il est plus difficile à toucher, et enfin l’Atlas qui se trouve un peu entre les deux, il est assez rapide et encaisse bien, mais fait pas mal de dégât. Il est possible de personnaliser ces robots au fur et à mesure que l’on gagne des niveaux, ce qui peut permettre de choisir un gameplay plus ou moins différent pour un même type de mecha.

Dans le jeu, deux groupes s’affrontent, d’une part la milice et d’autre part l’IMC. Dans cet artbook, il y a quelques explications de background sur ces deux factions et également une partie, plus détaillé visuellement que textuellement, sur les 3 physiques de pilotes que nous pouvons choisir. Enfin, cette partie se termine sur, d’une part les Grunts qui sont en quelque sorte les « creeps » du jeu (les accrocs aux mobas comprendront) et servent de chair à canon afin de meubler un peu la map (et oui, 6 vs 6 sur des maps souvent plus grandes que celles d’un COD, ça pourrait sembler un peu vide sinon…), et d’autre part deux pages assez pauvres sur les créatures que nous pourrons croiser, souvent en fond de partie.

Véhicules, armes et technologies :

Cette partie, comme son nom l’indique permet de prendre connaissance des différents types de vaisseaux et navettes (non jouables), des véhicules terrestres (toujours non jouables) des armes disponibles aussi bien pour les humains que pour les robots et même des munitions spéciales utilisables. Ces dernières ont quelques petits schémas détaillés assez sympathiques à lire. Concernant les technologies, il n’y a pas vraiment de partie dédiée, je suppose donc qu’il s’agit des petits textes explicatifs que l’on trouve par-ci par-là sur les différents fusils à impulsion et autres robots aliens (que personnellement je ne me souviens pas avoir vu en jeu).

Environnements :

Il s’agit de la partie la plus fournie en terme de contenu visuel. Nous pouvons retrouver toutes les maps disponibles dans le jeu (enfin, pour les derniers DLC je ne suis pas sûr ayant arrêté le jeu quelques mois après sa sortie), avec des détails – assez rares – sur la faune et la flore de chacune. Néanmoins il y a un joli mélange de screenshots de bonne qualité, d’artworks et de croquis qui pourraient presque nous faire oublier le manque cruel de texte.

Graphiques et modèles :

Cette dernière partie est quant à elle dédiée aux différents graphiques des modèles 3D utilisés pour le jeu, mais également quelques images de titans à échelle réelle. Il n’y a pas grand-chose d’autre à dire sur cette partie, qui ne compte que quelques pages, le livre se finissant sur quelques mots du CEO de Respawn Entertainment : Vince Zampella.

Au final, cet artbook laisse un goût plutôt amer, tout simplement parce qu’il montre certaines ambitions, mais ne les concrétise pas. D’un côté, il aborde des parties que nous ne verrons jamais dans le jeu (ou en tout cas avec lesquelles nous ne jouerons pas) comme les créatures ou les vaisseaux spatiaux, mais ne rentre jamais vraiment dans un approfondissement du background et donc de l’univers du jeu. Au final, ce sont de super artworks aussi bien dessinnés que tirés du jeu, et un bon guide pour ceux qui voudraient se lancer de l’aventure, mais les connaisseurs n’apprendront rien de nouveau et ne feront qu’ajouter un livre à leur collection. Je ne suis pas le type de lecteur à râler quand il y a plus d’images que de texte, puisque pour moi un artbook doit avant tout être une galerie de tableaux dans un livre, mais le manque cruel de texte empêche de vraiment entrer dans l’univers du jeu et montre la pauvreté scénaristique de Titanfall. Le livre étant sorti autour des 35 €, il est maintenant possible de le trouver neuf à moins de 20 €.


Points positifs :

  • De superbes images de jeu et dessinées ;
  • Un bon guide pour qui souhaite en apprendre plus avant de se lancer dans le jeu ;
  • Très joli revêtement interne (images au lieu de couleur unies comme beaucoup d’artbook).

Points négatifs :

  • Très pauvre en textes et explications ;
  • Quasiment aucune explication sur le background du jeu ;
  • Couverture du livre peu attirante malgré une protection de qualité ;
  • 200 pages, c’est un peu léger pour le prix de base demandé (35 €).

[IMAGES PERSONNELLES]